Skip links

Storia di u paese – Histoire du village

Retour plan du sentier

Station 8  A storia di u paese – Histoire du village 

Les populations du bassin du Fangu issues de la haute vallée du Niolu ont conservé jusqu’à maintenant des liens étroits avec leurs familles de la montagne. 

Par ailleurs, la transhumance, de la « muntagna » à la « piaghja » (bord de mer) et inversement avait su rendre habituels et nécessaires ces contacts entre les terres d’altitude et celles du littoral, deux espaces complémentaires parcourus régulièrement par les éleveurs de l’endroit.

De nos jours, avec la transformation de l’économie pastorale, la raréfaction des bergers et l’abandon de parcours de transhumance anciens, avec encore une vie qui s’est souvent déplacée hors de l’île, le tableau n’est plus le même. Mais restent dans les mémoires les histoires des gens d’avant concernés par cette double appartenance et aussi certains clichés qui ont fixé des scènes de la vie quotidienne et dont la valeur sentimentale ne fait qu’augmenter avec le temps:

  • La chasse est largement pratiquée ici et depuis très longtemps. Chasse aux sangliers surtout occasionnant des battues, c’est-à-dire d’abord une certaine préparation de l’opération, puis une mise en action réunissant des rabatteurs et des hommes munis de fusils, autrement dit une démarche collective au bénéfice de tous et relativement spectaculaire. Cependant, même si ce gibier permet d’obtenir une certaine quantité de viande consommable, la chasse actuelle est entrée désormais dans le domaine des loisirs.
  • Anciennement, la traque des mouflons pouvait occuper les chasseurs du haut de la vallée. Bien heureusement elle n’est plus à l’ordre du jour car le mouflon est devenu une espèce protégée.
  • L’agriculture, plutôt complémentaire dans la première activité, nous donne des images souvent assez spectaculaires car entrent en scène des bêtes de fort volume et un équipement spécifique important, par exemple lors des labours ou du traitement des céréales sur « l’aghja » (l’aire de battage).
  • La vigne, et le moment clé que représentaient les vendanges, de même que les jardins, avec curieusement une culture des artichauts au pied de la Tour Génoise de Galeria au début des années 1930.
  • Pour ce qui concerne la pêche, elle présente deux volets : une pêche professionnelle, en mer, qui existe de longue date, pratiquée au départ par des gens de l’extérieur et qui a attiré à notre époque des personnes de la microrégion sensibilisées au rendement potentiel de cette activité; et une pêche entrant dans le cadre de ce chapitre car assimilable maintenant à un passe-temps, que ce soit en mer ou en rivière, cette dernière procurant des truites que les bergers des estives niolines préparaient avec du beurre de chèvre.
  • La pêche professionnelle, contrairement à celle de rivière qui constituait depuis toujours un appoint de nourriture apprécié, elle n’apparaît que très tard car peu compatible avec l’économie pastorale ambiante. Mais elle est devenue désormais un atout non négligeable : la langouste, au début bradée à Galeria, a acquis une valeur incontestable avec l’essor du tourisme.

Malgré tout, l’essentiel des gestes quotidiens ne s’inscrivait pas dans la sphère de la prédation. Car il s’agissait régulièrement de s’adonner à des tâches moins agréables que les tâches précédentes mais indispensables à la vie du groupe : laver, fabriquer des outils ou des ustensiles et même des cierges, des aliments ( pain ) voire de l’eau de vie, filet…

La Tour Génoise de Galeria faisait partie de l’ensemble des sept tours génoises de la juridiction de Calvi. Sa construction commencé en 1551, s’est terminée en 1573. Cette tour était occupée par des militaires donc par un chef et deux soldats puis à la fin du XVIIème, l’entretient de la tour est passé à la charge de la communauté villageoise. Les défenseurs restent au nombre de trois et sont rémunérés. La fin de l’occupation de cette Tour Génoise peut être datée aux alentours de 1792.

Aujourd’hui cette Tour Génoise est classée monument historique.

Source : “L’histoire singulière de Galeria”- M.C. Weiss

Return to top of page
error: Content is protected !!